Votre panier est vide

n° 106 - 2020-21

Le social sous la pression du Covid /2

Plus d’un an, désormais, que la crise sanitaire s’est installée dans nos vies. Ses répercussions économiques, sociales, familiales, mais aussi psychologiques, se font de plus en plus sentir. Quels sont les constats des professionnels ? Comment, malgré l’usure qui les touche eux aussi, parviennent-ils à tenir ? La réponse est au coeur de ce qui fait leur métier : le souci de l’autre et la conviction qu’il faut accorder plus d’importance aux personnes dans leur singularité et leur globalité.

Éditorial

Cela fait à présent plus d’un an que la crise sanitaire s’est installée dans nos vies. Plus d’un an que nous vivons les yeux rivés sur les indicateurs quotidiens de la pandémie, nous demandant de quoi demain sera fait…

Les effets économiques et sociaux de la crise se sont amplifiés. Certains secteurs professionnels (horeca, culturel) basculent dans la pauvreté. Les emplois se raréfient, les opérateurs de la réinsertion sont suspendus aux quelques occasions de relancer la dynamique chez les chercheurs d’emploi. Et tout ce marasme, assombri par la menace d’un nouveau confinement plus strict, détériore sérieusement la santé mentale. Tout un chacun est impacté et plus encore ceux et celles fragilisés au départ : personnes ayant des troubles psychiques, en situation de pauvreté, isolées, âgées, victimes de violences conjugales, etc., auxquelles s’ajoutent de nouvelles catégories telles que les indépendants, les jeunes, les enfants. Les professionnels du social et du soin affichent eux-mêmes des signes d’usure morale, psychologique.

Sans y être préparés, ils se sont lancés dans de nouvelles organisations du travail, poignant dans l’urgence, la priorisation contrainte, les solutions alternatives, la temporisation, le tout distanciel, le présentiel en gardant ses distances, le mixte distanciel/présentiel, ... Ils ont fait front à des difficultés multiples : stress, surcharge de travail, obligation de s’adapter en permanence au gré des nouvelles mesures sanitaires, dilemmes éthiques, frustration, culpabilité...

Et pourtant, transparaissent aussi de leurs contributions à ce dossier des motivations fortes, des élans d’enthousiasme, des idées neuves, un certain art du bricolage au cas par cas, des convictions plus aiguisées. La crise met en évidence ce qui fait la richesse de ces métiers du soin et de l’aide et qui ont à cœur la personne, la relation, la confiance, l’empathie, la socialité, le respect de chacun, de ses rythmes, différences, histoires singulières ; dimensions qu’elle a malmenées, presque niées, diraient certains, au profit des aspects biomédicaux.

La pandémie continue à brimer notre humanité et il nous faut toujours vivre avec, mais des premières analyses, des débuts de prise de recul, des appels à reconsidérer ce qui doit faire priorité se font entendre. Les acteurs du Social renouent avec la dimension politique que contiennent leurs convictions et que réclame leur éthique ou conscience professionnelle. Ils revendiquent ainsi une plus grande attention aux individus dans leur particularité et leur globalité, un plus grand accès aux droits pour les publics plus fragiles et plus durement touchés par la crise, une remise en question des mesures sanitaires et des sanctions associées discriminantes et inégalitaires, et enfin davantage de moyens pour leurs secteurs, trop souvent d’ordinaire déjà mis à la diète.

Colette LECLERCQ & Romain LECOMTE

Sommaire

- Situation de crise et souffrances psychiques. Les réponses de deux services de santé mentale du Namurois - les Équipes des SSM de Gembloux et Tamines (interview)

- Un hôpital psychiatrique au temps du Covid-19 - Frédérique VAN LEUVEN

- Les conséquences psychosociales du Covid. Résultats d’une étude de terrain - le groupe de travail « Conséquences psycho-sociales du Covid » du Conseil Supérieur de la Santé

- Le projet Mosaïque. Comment faire face aux effets de la crise sanitaire sur la santé mentale des jeunes ? - Anne-Sophie de VLEESCHAUWER & Noémie CASTRO

- Adaptation et créativité dans la tourmente. Retour sur la crise sanitaire au sein du Centre Kâlî - Lisianne FIÉVEZ & Lucie PARENTANI

- Violences conjugales et crise sanitaire. Les professionnels face à la détresse et l’isolement des victimes - Service « Ça vaut pas l’coup » du Centre de Planning Familial - Solidaris

- Covid-19 et relation éducative. Des interactions « bousculées » - Jonathan COLLIN

- Répression des infractions en temps de Covid-19 : nul n’est censé ignorer la loi ? - Diletta TATTI, Christine GUILLAIN & Alexia JONCKHEERE

- L’aide spécifique « Covid-19 » au CPAS de Liège - Laura QUINTART

- Migrations. Le Covid-19, révélateur des inégalités internationales - Cécile VANDERSTAPPEN

- Impacts de la crise sanitaire sur l’intégration professionnelle des personnes fragilisées. Des constats aux pistes d’action - Thierry DOCK

- Formation au travail social « en cage ».Comment l’enseignement à distance impacte la formation des acteurs du champ social de demain - Pascale PEREAUX, Salim MEGHERBI, Roland SCHMETZ

- Le volontariat en temps de crise - Emmeline ORBAN

- Le numéro vert social bruxellois. Un outil de plaidoyer pour un meilleur accès aux aides et aux droits - Lotte DAMHUIS, Pauline FERON, Charlotte MAISIN, Alexia SERRÉ

- Crise sanitaire, solidarité et justice sociale - Philippe VAN PARIJS


ILLUSTRATION DE LA COUVERTURE :

- Noémie LABROSSE Plus d’infos sur l’artiste

Articles

Un enfant sur quatre souffre de déprivation matérielle en Wallonie

retour au sommaire du n°84 "Besoins primaires dans un contexte d’opulence" Auteur(s) : Anne-Catherine GUIO Chercheuse au LISER (anciennement CEPS/INSTEAD), Luxembourg Premières lignes : En Belgique, la pauvreté concerne un grand nombre d’enfants, bien que dans une proportion différente suivant (...)

Moyens de paiement