Votre panier est vide

n° 117 - 2023

Où va le métier d’éducateur ?

S’il est bien un métier au cœur du social, c’est celui d’éducateur. Ancré dans le quotidien des personnes, il est celui qui leur tend véritablement la main pour les aider à restaurer leur confiance en elles-mêmes, en autrui et en l’avenir. L’éducateur dispose pour cela d’une large variété de compétences et de savoir-être, mais est aussi capable de s’adapter aux situations diverses et au rythme de chacun. Un métier riche et complexe, qui souffre pourtant encore aujourd’hui d’un manque de reconnaissance…

Éditorial

Un caméléon pour représenter le métier d’éducateur... Drôle d’idée, s’étonneront sans doute certains, mais gageons que les professionnels concernés ne prendront pas la mouche. Parce que l’on connaît leur sens de l’humour, qu’ils mobilisent d’ailleurs volontiers dans leurs pratiques, mais aussi parce que cette métaphore permet de relever ici plusieurs des qualités essentielles qui caractérisent ce métier aux multiples facettes. 

Tout d’abord, l’éducateur a de grandes capacités d’adaptation. Il peut accompagner des publics divers (enfants, ados, adultes, personnes âgées, handicapées, sans-abri, avec des problèmes de santé mentale, précarisées...) individuellement et/ou collectivement, travailler dans des environnements et cadres variés (structure résidentielle ou de jour, domicile, quartier, rue, etc.), endosser une multitude de rôles...

Comme le caméléon, il est également un observateur hors pair. Il peut capter ce qui se révèle dans l’apparente banalité du quotidien, mais aussi élargir son champ de vision à 360 degrés pour nourrir et moduler son analyse. Il peut faire preuve de patience, de vigilance, de constance dans son accompagnement, qualités qui aident à la construction du lien de confiance et à la restauration chez les bénéficiaires de la sécurité intérieure, de l’estime de soi, ou de l’envie d’aller de l’avant. Mais il est aussi un professionnel qui aime tâter le terrain, le sentir, le ressentir, le vivre, être dans le mouvement, l’action. Cette proximité lui donne cette capacité à être prompt à réagir, à changer de tactique, à faire face à l’imprévu, comme à l’urgence, et à se saisir des opportunités qui se présentent pour créer la relation, le déclic, susciter le changement chez ceux qu’il accompagne.

La palette de couleurs dont le caméléon peut se parer peut enfin évoquer la grande variété de « styles » ou d’interprétations possibles pour exercer ce métier. En effet, au-delà des savoir-faire et des techniques, celui-ci exige, peut-être plus que toute autre profession du social, une bonne dose de savoir-être. Acquis à travers la formation et l’expérience professionnelle, ceux-ci se teintent aussi du vécu et de la personnalité propres à chacun.

Cependant, ces particularités rendent parfois ce métier difficile à saisir, à décrire, à circonscrire. C’est l’un des facteurs qui peuvent expliquer le manque de reconnaissance dont il fait encore l’objet aujourd’hui, alors même qu’il a pris place dans un nombre croissant de secteurs au cours des dernières décennies. Comme nous avons pu le constater, ce déficit de reconnaissance, qui s’exprime à différents niveaux (politico-juridique, institutionnel, interprofessionnel…), demeure une préoccupation centrale pour les éducateurs et leurs formateurs. Ce numéro s’en fait dès lors naturellement l’écho, mais vise surtout à participer à la mise en lumière de la richesse et de la complexité de cet « art de l’ordinaire1 » qu’est le métier d’éducateur…

Romain Lecomte & Justine Aerts

1. PUAUD David, « L’« Art de l’ordinaire » des travailleurs sociaux au coeur de la relation de confiance », L’Observatoire, n°94, 2017, pp. 11-15.

Sommaire

 Éducateur. Ne jamais renoncer à penser l’insaisissable - Xavier BOUCHEREAU

 La professionnalité des éducateurs sous tension - Laetitia MÉLON

 La posture professionnelle des éducateurs spécialisés. Quelles spécificités dans les équipes pluridisciplinaires ? - Laure COMPÈRE, Marjorie NIBONA et Emmanuel RENARD

 Les facteurs de risque de la fonction éducative. Pour un travail soutenable - David LALOY et Jean-François GASPAR

 Reconnaissance du métier d’éducateur. Quand tout le monde peut « faire » éduc ! - Christophe RÉMION

 S’engager dans et pour le métier d’éducateur : le travail au sein de l’APDES, regards et perspectives avec les générations actuelles - L’Association Professionnelle des Éducateurs Spécialisés (APDES)

 Les éducateurs doivent-ils écrire pour être reconnus ? Regards sur les expériences d’écriture des éducateurs pour faire connaître leur métier - Bénédicte WANTIER

 Éducateur au quotidien dans un lieu de vie et d’accueil - Patrick TESSON

 Les temporalités de l’éducateur. C’est qui qui fait la nuit ? - Roland PIETERMANS, Olivia TORREELE, Frédéric JEANJOT et Sandra CRABBE (interview)

 Travail en équipe pluridisciplinaire au plus près de la grande précarité. Être éducateur dans un dispositif Housing First - Maryline WATERKEYN (interview)

 Humaniser les maisons de repos. Un défi du quotidien pour les éducateur·rices spécialisé·es - Isabelle PERSOONS

 La « banale » toilette. Corps à corps entre l’éducateur·rice et la personne accompagnée - Stéphanie RASSON

 Éducateur spécialisé Une profession entre care et cure - Yannick VAN DEN BERGE

 La formation d’éducateur : regard de Form’éduc, un collectif engagé au service du métier et de ses acteurs - Form’éduc


HORS DOSSIER (RUBRIQUE COUP D’OEIL)

 Les enfants en maison d’accueil pour adultes. Une recherche aux multiples enseignements - Louise REMICHE

Articles

L'autonomie : férocité d'un impératif et déni de la fonction du lien

retour au sommaire du n°88 "L’autonomie en tension" Auteur(s) : Thierry VAN DE WIJNGAERT Coordinateur IHP Prélude Résumé : L’autonomie, résonnant avec les idées de liberté et d’émancipation, est aujourd’hui promue comme une qualité éminemment désirable. On la retrouve dans le discours et les textes (...)

Moyens de paiement