Votre panier est vide

n° 115 - 2023

Jeunes "incasables" - Comment mieux travailler ensemble ?

On les appelle jeunes « incasables » ou, de façon un peu moins stigmatisante, « en situation complexe ». Articulant des problématiques psychiatriques et/ou de handicap avec des troubles sévères du comportement, ils mettent sans cesse en échec les équipes qui les prennent en charge et se voient ainsi ballotés de case en case sans jamais trouver leur place. Pour aider ces jeunes en difficulté à sortir de cette spirale, de nouvelles réponses sont à inventer et celles-ci passent par le travail à plusieurs...

Éditorial

On les appelle jeunes « incasables » ou, de façon moins stigmatisante, « en situation complexe ». Par-delà leurs singularités, ils ont en commun d’avoir connu des traumatismes durant l’enfance (maltraitances, négligences, liens d‘attachement défaillants, exil, etc.) qui, faute d’élaboration psychique, se traduisent, de façon particulièrement exacerbée à l’adolescence, voire avant, par la combinaison de fragilités psychiatriques et/ou de handicap avec des troubles sévères du comportement.

En raison du caractère multidimensionnel de leurs problématiques, de leurs multiples passages à l’acte transgressif, violent (contre eux-mêmes ou contre autrui), de leur refus de tout travail thérapeutique et de leur difficulté à faire lien avec les autres et en particulier les adultes, leurs prises en charge aboutissent constamment à des échecs, des exclusions ou réorientations vers d’autres services, parfois entrecoupés de retours en famille, faute de place en institution... Mises à bout, épuisées, habitées par le sentiment d’impuissance, les équipes finissent à chaque fois par jeter l’éponge. « Patates chaudes » ballotées de case en case, ces jeunes revivent alors les ruptures et abandons du passé, se voyant confirmés dans leur absence d’estime de soi et de confiance envers ceux qui sont supposés prendre soin d’eux. Jusqu’au passage à la majorité, à la « mise en autonomie », où leur errance institutionnelle donnera parfois lieu à l’errance tout court...

Les contributeurs de ce dossier sont unanimes : pour aider ces jeunes à sortir de cette spirale, de nouvelles réponses sont à inventer et celles-ci, déjà expérimentées ici et là, passent avant tout par un renforcement et un renouvellement du « travail à plusieurs ».

En interne, tout d’abord, où il est essentiel d’offrir aux professionnels davantage de temps et d’espaces d’échange bienveillants autour de leurs vécus émotionnels, de leurs éprouvés et des diverses facettes que leur donnent à voir ces jeunes aux clivages prononcés.

En externe, ensuite, avec le tissage de partenariats réfléchis, durables, nourris d’engagements mutuels, entre institutions d’un même secteur mais aussi de différents secteurs. Ce travail en réseau est indispensable pour enfin offrir aux jeunes cabossés une cohérence et une continuité d’accompagnement, regagner leur confiance et, grâce à diverses modalités de prise en charge partagée et co-responsable (time-out, service de réorientation, etc.), permettre aux équipes de « (con)tenir ensemble » face aux attaques du lien et autres comportements (auto)destructeurs de ces jeunes...

Pour construire ce dossier, nous sommes partis d’un colloque intitulé « Les jeunes en errance, quels outils intersectoriels ? » organisé en février dernier par la Haute école Lucia de Brouckère, dont plusieurs intervenants figurent parmi nos contributeurs.

Romain Lecomte & Justine Aerts

Sommaire

 Situations « complexes », jeunes « incasables » : de qui parle-t-on ? - Centre de Référence en Santé Mentale (CRéSaM)

 Violence et destructivité de l’adolescent : Traumatismes et défaillances de l’environnement précoce - Marlène MICHEL

 « En Terre-1-Connue » : pour une réponse intersectorielle novatrice, cohérente et durable en faveur des jeunes dits « incasables » - Thierry VERDEYEN, Marine SCRABBE, Chloé REULIAUX et Marlène MICHEL

 Accompagner les jeunes à la croisée des secteurs : le non-renvoi pour en finir avec les ruptures à répétition... - Grégoire NYSSENS (interview par Justine AERTS)

 Le dispositif « Jeune Avant Tout » - Jérôme LEQUEUX

 La Cour carrée, une « transition » porteuse de sens au service de l’observation, de la remobilisation et de la réorientation d’adolescents en rupture de parcours - Claude BERTE

 L’AVIQ, un maillon pour accompagner les jeunes « incasables » - Lara KOTLAR

 « Incasables » ? Pas plus à l’hôpital qu’ailleurs... - Patrick KAISIN

 Ados sans case : transversalité et contenance - Luc FOUARGE

 L’approche par problèmes : un apprentissage contextualisé en phase avec les défis éducatifs actuels - Vinciane DEFOSSE et Ana Maria MARQUEZ GARCIA

 La recherche-action « JAVA » pour améliorer l’accompagnement des jeunes adultes en situation « complexe » - Léa TILKENS

 Le Dispositif 17-25 : prévention et accompagnement dans le processus d’autonomisation des jeunes présentant une fragilité psychique - Aurore GRAMME


HORS DOSSIER (rubrique COUP D’OEIL) :

 Le Réseau Étincelle : communauté de pratiques francophone pour soutenir la place des jeunes dont un proche souffre d’une pathologie psychiatrique - Frédérique VAN LEUVEN, Hélène DAVTIAN, Carole COCRIAMONT, Laure HOSSELET et Silvia PARRAGA

Articles

Prendre soin de la terre & des humains Réflexions au départ de la naissance et de la croissance de 'Nos Oignons'

retour au sommaire du n°90 "Jardinons le social, cultivons un autre monde" Auteur(s) : Quentin MORTIER Coordinateur Pôle Etudes & Animations, SAW-B Premières lignes : Les acteurs se revendiquant de l’économie sociale ont-ils conscience de la profonde mutation de notre rapport au monde qui (...)

Moyens de paiement