Élément ajouté au panier

95 - Femmes et violences de l’exil - 2018

Jalonné de violences et d’obstacles dans le pays d’origine, sur la route migratoire, mais aussi dans le pays d’accueil, le parcours d’exil est d’autant plus éprouvant qu’il se conjugue au féminin. Comment aider les femmes migrantes, dans leur diversité culturelle et personnelle, à se reconstruire, à trouver une place, à se projeter dans l’avenir ? Quelles formes de soutien et d’accompagnement les services et travailleurs des secteurs psychosociaux peuvent-ils leur proposer ?

Éditorial

Depuis la « crise » migratoire de 2015, on ne compte plus les discours médiatiques et politiques sur les migrations, mais rarement, ceux-ci prêtent attention au genre. Pourtant, les femmes font l’objet d’inégalités et, ce qui va particulièrement nous intéresser dans ce numéro, de violences de genre qui influent sur toutes les étapes de leur parcours migratoire.

Dans leur pays d’origine, tout d’abord, elles sont victimes de violences de genre qui sont souvent la cause de leur exil, tels que viols dans le cadre de conflits armés, mariages forcés, violences conjugales, mutilations génitales, grossesses ou avortements contraints et plus largement atteintes à leur droit fondamental à disposer de leur corps, …

Sur le trajet, ensuite, les femmes qui fuient leur pays pour demander l’asile chez nous sont les premières à faire les frais de routes migratoires de plus en plus longues, dangereuses, éprouvantes, sous l’effet de la fermeture des frontières et des bouleversements géopolitiques récents. Elles se retrouvent à la merci de passeurs, d’hommes migrants ou encore de gardes-frontière sans scrupules.

Dans le pays d’arrivée, enfin, elles sont confrontées à des violences – de la part de leur conjoint, de leur (belle-)famille ou d’autres membres leur communauté – qui prolongent celles qui existaient déjà dans leur pays d’origine. Mais il arrive aussi que la migration aggrave ou même déclenche des violences conjugales et intrafamiliales, sous l’effet de divers facteurs : changements dans la répartition des rôles au sein du ménage (hommes affaiblis dans leur posture de chef de famille, …), fragilisation des familles qui peut entraîner un recours plus rigide à des coutumes et des traditions afin de solidifier leur position, anxiété due à l’incertitude et à la précarité du statut de séjour, …

Les procédures et démarches pour obtenir le statut de réfugié ou un autre droit de séjour s’accompagnent, par ailleurs, de violences institutionnelles qui touchent parfois plus durement les femmes. Certaines dispositions légales accentuent encore leur vulnérabilité, à l’instar de la loi sur le regroupement familial qui les place pendant plusieurs années sous la dépendance administrative et financière de leur conjoint.

Ces femmes en exil font également l’objet d’exploitation et de mauvais traitements au sein de ce secteur traditionnellement peu réglementé et mal rémunéré qu’est le secteur des services domestiques et de l’aide aux personnes, leur principale source d’emplois. En grande précarité administrative, économique, sociale et familiale, certaines vont jusqu’à être contraintes de se prostituer.

Ces violences, ou d’autres encore, sont souvent conjuguées ou renforcées par les discriminations dont elles font l’objet en raison de leur double condition de « femmes » et de « migrantes ».

Tout en prenant en compte les obstacles structurels à l’émancipation et à l’intégration de ces femmes fragilisées, ce dossier met en lumière divers services et projets qui, au sein des secteurs psychosociaux, cherchent à les aider, dans leur diversité culturelle et personnelle, à se reconstruire, à trouver une place, à se projeter dans l’avenir. À (re)prendre, finalement, le contrôle de leur existence… et de leur corps.

***

Pour réaliser ce dossier, que nous avons pensé à la fois comme un outil de sensibilisation, de réflexion et d’intervention pour tout travailleur psycho-médico-social en contact avec des femmes migrantes, nous avons notamment bénéficié des avis pertinents du Centre Régional d’Intégration de la province de Luxembourg (CRILUX) et pris appui sur la journée « Violences de genre en contexte multiculturel et de migration » qu’il a organisée, en décembre 2017 et en mars 2018, en collaboration avec le Service Egalité des Chances de la même province. Les orateurs de cette journée (GAMS, Centre Exil et M. Miguel Sierra de La Voix des Femmes) ont ainsi contribué au numéro.

Sommaire

DOSSIER :

- Mais où est le genre ? Les impacts du genre sur la migration internationale - Chloé ROUSSET et Déborah SCHOENMAECKERS

- L’exil au féminin : des violences là-bas, sur le chemin... et ici - Jane FREEDMAN

- "Des femmes sans voix à une vie de choix" : un projet pour susciter, restaurer les capacités d’agir et de penser par et pour elles-mêmes - Evelyne DOGNIEZ et Barbara RONDIAT (interview)

- Traumatisme, déracinement et exclusion des 18 femmes migrantes. De la prise en charge individuelle au travail en groupe - Marie Gladys BUSSE

- Prévention des mutilations génitales fémi- nines et accompagnement des femmes excisées. Le travail du GAMS - Halimatou Barry, Katrien De Koster, Annalisa D’Aguanno, Maud Jeulin, Kadra Farah, Fabienne Richard, Carolina Neira Vianello, Samia Youssouf

- Prévention et prise en charge des mutilations génitales féminines. L’approche pluridisciplinaire d’un Centre de Planning Familial - Céline LIURNO (interview)

- Les violences que vivent les femmes en contexte de migration - Maria MIGUEL-SIERRA

- Caravane pour la Paix et la Solidarité. Des violences à dénoncer - Béatrice BASHIZI (interview)

- Les femmes sans-papiers en Belgique. Qui sont-elles ? Comment survivre ? Quelles solutions ? - Elise KERVYN

- La prostitution pour survivre. Espace P accompagne sans jugement - Benjamin BOELEN, Isabelle BUYSSENS (interview)

- Des ados victimes de la traite des êtres humains... La nécessité d’un accueil spécialisé pour jeunes filles MENA - l’équipe du centre (interview)

- Les traumas de l’exil... De la nécessité d’une clinique en santé mentale spécifique - Paul JACQUES & Nouné KARA KHANIAN (interview)

- L’importance de la dimension humaine dans l’intégration et l’émancipation des publics les plus vulnérables. Focale sur les femmes - Nicolas CONTOR

- La Maison des femmes d’ici et d’ailleurs. Passerelle pour l’émancipation - Sadia HAOUA, Khadija El OUAKILI, Alice CROIBIEN, Latifa LARIBI, Leslie LAURENT, Hoda MOURTADA (interview)

- L’insertion socioprofessionnelle : combattre les discriminations en ouvrant les horizons - Pascal DE GENDT

- Parents en exil : ou comment renouer les liens parents-enfants - Véronique WILLEMART, Justine VOOS, Vinciane BEAULEN, Benjamin BOELEN, Mathilde LÉGAZ (interview)

- Femmes de la diaspora africaine en Belgique : des difficultés structurelles aux dynamiques de reconnaissance - Jacinthe MAZZOCCHETTI

Quelle « désinstitutionnalisation » ? Pour une approche politique des institutions

Article issu du n°71 "Institution, alternatives : faut-il choisir ? Auteur(s) : DELRUELLE Edouard Professeur de philosophie politique à l’Université de Liège - Directeur adjoint du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme Résumé : Pour s’engager dans une réelle (...)

lire la suite
lien vers facebook
logo-Paypal