Votre panier est vide

du numéro 118

Le Projet pilote le SSADA. Implémentation d’un service d’accompagnement au processus de sortie de la délinquance

Retour au sommaire du n°118 « L’indispensable collectif »


Auteur(s) :

Rosa PUGLIA,

Psychologue, coordinatrice SSADA

Amandine DZIEWA,

Psychologue – Criminologue SSADA


Premières lignes :

En Belgique et en Europe, la commission d’infractions, de délits et de crimes reste majoritairement appréhendée dans une optique de répression pénale. Pour autant, l’efficacité de ces politiques criminelles est de plus en plus questionnée au profit des politiques de justice restauratrice, en tant que pratique judiciaire permettant une collaboration entre les parties d’un contentieux ou en tant que philosophie d’intervention et de réponse au crime. Durant la seconde moitié du vingtième siècle apparait le concept de désistance. Ce concept criminologique s’est développé, au départ, dans le monde de la recherche scientifique et reste peu connu des intervenants de terrains. Il offre pourtant un nouvel éclairage pour adapter l’appareil pénal à l’individualisation des peines et repenser la réintégration des justiciables dans la société. Il propose également une nouvelle approche dans la prise en charge des auteurs de délits en permettant le passage d’un travail focalisé sur les risques à un travail focalisé sur les ressources de la personne.

Abonnez-vous !
  • 4 numéros qui se suivent
  • Prix préférentiel au numéro
  • Frais d’envoi gratuits !
Articles

"Des femmes sans voix à une vie de choix" : un projet pour susciter, restaurer les capacités d'agir et de penser par et pour elles-mêmes

retour au sommaire du n°95 "Femmes et violences de l’exil" Acheter le pdf Auteur(s) : Interview par R. Lecomte de Evelyne DOGNIEZ, directrice Barbara RONDIAT, référente thématique du projet « Des femmes sans voix à une vie de choix » Centre d’accueil Pierre Bleue (Yvoir) de la (...)

Moyens de paiement