L’expertise profane dans le champ des addictions

retour au sommaire du n°92 "Quand les pairs deviennent ressources"


Auteur(s) :

Marie JAUFFRET-ROUSTIDE

Sociologue

Chargée de recherche au Cermes3 (InsermU988/Université Paris Descartes/Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales/CNRS UMR8211)


Premières lignes :

En rupture avec le cadrage répressif et biomédical dominant, les groupes d’auto-support d’usagers de drogues font valoir que les usagers seraient les mieux à même de connaître les besoins des autres usagers car ils détiennent les « secrets » de leurs pratiques et ont partagé des expériences de vie auxquelles les non initiés, c’est-à-dire les professionnels, ne peuvent pas avoir réellement accès. En France et ailleurs, deux grands types de groupes d’auto-support peuvent être distingués. Cet article en explore les spécificités, mais aussi les limites et les paradoxes.


Mots-clés :

Usagers de drogues, auto-support, groupes d’entraide, groupes d’intérêt, expertise profane

Préparer la réinsertion sociale des personnes incarcérées. Quels apports de la médiation équine ?

retour au sommaire du n°85 "L’animal dans les champs du Social" Auteur(s) : Christopher VALENTE Psychologue clinicien, Doctorant en psychologie affilié au Centre Interdisciplinaire d’Analyse des Processus Humains et Sociaux (Université Rennes 2) et à l’Ecole Nationale d’Administration (...)

lire la suite
lien vers facebook
logo-Paypal