Votre panier est vide

n°73

Détresse, suicide de la personne âgée. Quelle prévention ?

retour au n°73 "Quelle prévention du suicide ?"


Auteur(s) :

Jean Claude BLOND Psychiatre des hôpitaux

Bénédicte CARRE ADAG BB (Association d’Action Gérontologique du Bassin Burgien), Bourg en Bresse – Ain – France


Résumé :

Vivre plus longtemps n’est pas toujours synonyme de bien vivre. Le nombre de personnes âgées qui attentent à leurs jours est inquiétant, d’autant plus que ces gestes, qui signent pourtant une détresse importante, ne semblent pas inquiéter outre mesure l’opinion publique. Dans cet article, sera présenté le travail mené par la Cellule de prévention des situations de détresse de la personne âgée dans le Département de l’Ain, son concept fondateur - le partenariat sanitaire social - ses missions et actions spécifiques.


Mots-clés :

Détresse de la personne âgée, suicidants âgés, prévention spécifique, dispositif de vigilance, grille d’évaluation, partenariat


Extrait

(...) Dans une apparente indifférence générale, la plupart des suicidants âgés réussissent dans leur tentative. En France, ils représentent le tiers des suicides. La cellule familiale y est sans doute moins protectrice que dans les pays du Sud de l’Europe, la culture de prévention moins enracinée que dans les pays du Nord…. Cette surmortalité par suicide concerne particulièrement les hommes très âgés.

Si le taux de suicide augmente avec l’avancée en âge ; par contre, les tentatives de suicide, fréquentes au jeune âge, diminuent avec l’avancée en âge. En effet alors qu’un jeune adulte réalise trente à septante tentatives, selon le sexe, pour un décès. A 75 ans, une à deux tentatives, selon le sexe, suffiront. Ainsi, la tentative de suicide de l’adulte jeune a souvent valeur d’appel ou d’alerte, tandis que le suicide du vieillard signe sa détermination, notamment par la radicalisation des moyens utilisés (pendaison, défénestration, noyade, arme à feu).

La démarche de prévention doit donc s’adapter en conséquence. Chez la personne âgée, on ne peut attendre les tentatives. Il est impératif de rechercher des indices de crise et de précrise, des indicateurs, des critères d’alerte, en référence à une clinique médicopsychosociale d’amont.

Cette clinique spécifique s’appuie sur l’intime relation qui existe entre souffrance dépressive et suicide. Une parfaite connaissance des mouvements dépressifs qui accompagnent le vieillissement est donc nécessaire. Pour autant, cette clinique complexe ne peut être réduite à une approche médicale ou psychiatrique, elle doit intégrer les données sociales et environnementales et être connue par l’ensemble des acteurs gérontologiques. (...)

Abonnez-vous !
  • 4 numéros que se suivent
  • Prix préférentiel au numéro
  • Frais d’envoi gratuits !
Articles

Comment former au secret professionnel (partagé) les futurs assistants sociaux ?

retour au sommaire du n°77 "Le secret professionnel (partagé)" Acheter le pdf Auteur(s) : Interview par Colette Leclercq de Annette BOULANGÉ, professeure de déontologie, éthique et philosophie du service social à la Haute école de la Province de Liège Premières lignes Le cours de (...)

Moyens de paiement