Votre panier est vide

du numéro 117

Les éducateurs doivent-ils écrire pour être reconnus ? Regards sur les expériences d’écriture des éducateurs pour faire connaître leur métier

Retour au sommaire du n°117 « Où va le métier d’éducateur ? »

Auteur(s)

Bénédicte WANTIER

Maitre-assistante en langue française, section éducateurs spécialisés (Haute École en Hainaut) et formatrice indépendante à l’écriture professionnelle et accompagnement de projets éditoriaux collectifs d’éducateurs


Premières lignes :

Depuis plusieurs années, j’accompagne à titre privé des éducateurs spécialisés dans leurs projets d’écriture, dans le cadre de formations et d’ateliers d’écriture conçus à la demande d’institutions ou de collectifs. Les demandes concernent majoritairement l’écriture professionnelle, abordée comme prolongement de la relation éducative et qui engage dès lors une part de soi.

Étant donné la variété des écrits que rédigent les éducateurs (observations quotidiennes, projet individualisé, diagnostic social, rapport éducatif, livret d’accueil, rapport d’un conseil des hébergés, projet de vie, etc.), les formations ne s’appuient pas sur la prescription de modèles standardisés et débutent plutôt par un accompagnement à l’exploration ethnographique des pratiques d’écriture en place.

Abonnez-vous !
  • 4 numéros qui se suivent
  • Prix préférentiel au numéro
  • Frais d’envoi gratuits !
Articles

TO PIIS or NOT TO PIIS Les paradoxes de l'injonction à l'autonomie

retour au sommaire du n°88 "L’autonomie en tension" Auteur(s) : Abraham FRANSSEN Sociologue, Université Saint-Louis, Bruxelles Résumé : S’inscrivant dans le référentiel de l’Etat social actif, le « Projet Individuel d’Intégration social » (PIIS), désormais obligatoire pour tous les bénéficiaires du (...)

Moyens de paiement