Le Mouvement Personne d’Abord. des personnes présentant une déficience intellectuelle s’entraident et défendent leurs droits

retour au sommaire du n°92 "Quand les pairs deviennent ressources"


Auteur(s) :

Interview par Romain Lecomte de

Xavier LACROIX, président du Conseil de gouvernance

Loïc De GOTTAL, Stéphanie NIESTEN, David DALIER et Didier WALTHER, membres du Conseil de gouvernance

Ismaël ALSTEEN, membre actif

Danielle TYCHON, animatrice-coordinatrice, personne-ressource

Gwendoline DEMEYER, personne-ressource

Mouvement Personne d’Abord


Premières lignes :

Le Mouvement Personne d’Abord, dans sa version belge, est né en 1994 à Verviers, dans l’esprit de l’association québecquoise du même nom.

Il promeut le soutien, l’entraide et la défense des droits de la personne qui présente une déficience intellectuelle, en vue de permettre son intégration et son autonomie. Mais ce qui fait son originalité, c’est que ce sont les personnes qui présentent une déficience intellectuelle qui apprennent à se défendre elles-mêmes. Elles parlent en leur propre nom et s’unissent afin d’être reconnues en tant que personne à part entière.

L’Observatoire a rencontré plusieurs de ces personnes, appelées « membres actifs », ainsi que deux des trois « personnes-ressources », des travailleurs sociaux engagées par l’association pour soutenir les premiers dans leur rôle d’auto-représentants.

Cette interview collective nous a permis d’avoir un aperçu de la dynamique du Mouvement.

Tout d’abord, en unissant leurs réflexions, leurs savoirs, leurs souvenirs, en se complétant mutuellement, les membres actifs ont pu faire émerger une parole collective étonnamment riche.

Ensuite, nous avons pu observer le rôle de soutien joué par les personnes-ressources. En retrait, elles ont d’abord laissé systématiquement les membres actifs répondre aux questions qui les concernaient, n’intervenant que si nécessaire et dans un second temps. Par exemple, en formulant une question, une relance, pour aider les personnes à reprendre le fil, à développer davantage leur propos, … ou simplement en complétant ce qui a été dit.

« Parle à mon corps ; l’inceste l’a rendu sourd » : de la nécessaire évolution d’une pratique au service des mineurs victimes d’abus sexuels au sein de leur famille

retour au sommaire du n°80 "Le corps dans l’intervention (psycho)sociale" Auteur(s) : Samira Bourhaba Directrice du service Kaleidos, Liège Premières lignes : Engagés depuis une dizaine d’années dans l’aide aux mineurs victimes d’abus sexuels intra-familiaux et/ou mineurs auteurs de conduites (...)

lire la suite
lien vers facebook
logo-Paypal