Votre panier est vide

n°75

Pas de retraite pour la citoyenneté

retour au sommaire du n°75 "Le vieillissement actif : à quelles conditions ?"


Auteur(s) :

Amandine TIBERGHIEN Responsable de recherche et développement au sein de la Plateforme francophone du Volontariat, asbl


Résumé :

Tout le monde vieillit...mais pas toujours de la même façon. A un moment donné de leur vie, certains font le choix de s’engager dans des activités de volontariat, en fonction de leur réalité et de leur personnalité. Quelles implications ces activités d’utilité sociale ont-elles dans notre société, et plus particulièrement pour les ainés ? Après un bref descriptif du volontariat en Belgique, la Plate-forme francophone du Volontariat vous propose de découvrir les différentes logiques qui peuvent mener un senior à s’engager ou pas. En conclusion, vous trouverez les solutions proposées pour que les seniors d’aujourd’hui et de demain puissent envisager une retraite "active".


Mots-clés :

Volontariat, retraite d’utilité sociale, retraite engagée, retraite active, freins et facilitateurs


Extrait

(...) La baisse de la proportion de ceux que l’on définit comme actifs inquiète depuis un certain temps. Il est difficile d’envisager la part toujours croissante des aînés comme une opportunité, on la voit généralement comme un coût. Toutefois, on oublie souvent la possibilité de contrebalancer cette idée et de considérer l’idée d’un vieillissement « productif ».

Ils ont 55, 70 ou encore 80 ans, voire plus. Certains sont autonomes, d’autres moins. Toutefois, riches de leurs expériences, de leurs savoirs et de leur histoire, ils ont un rôle social à jouer et conti- nuent d’exercer leur citoyenneté. Vieillir est une évolution normale pour tous les individus. Ce qui compte, c’est la place qu’occupe chacun dans notre société. Les valeurs d’aujourd’hui sont liées à la consommation effrénée, la puissance et la vitesse, la concurrence. Nos ainés sont plus enclins, peut-être par sagesse, à revendiquer les valeurs fondamentales de la vie telles que la solidarité, l’humanité ou autres. Transmettre ces valeurs devient un enjeu de société.

Le débat actuel accuse un certain déséquilibre : il ferme souvent les yeux sur l’implication des aînés au sein d’activités sociales alors que ces activités devraient être considérées comme des opérations économiques créatrices de valeurs. Plus généralement, les retraités continuent à exercer des « activités de production », même si celles-ci sont très souvent occultées. Ce que l’on entend par activité de production est bien entendu à comprendre au sens large : ces activités ont un impact économique et social mais ne sont pas spécialement liées à un travail rémunéré ; elles sont contraintes personnellement ou encore elles sont d’utilité sociale ; ce sont des activités qui apportent une réelle plus-value sociétale. Certains individus vont même jusqu’à dire qu’une seconde carrière a commencé pour eux après la retraite, expliquant leur activité de bénévolat, leurs implications familiales et autres. (...)

Abonnez-vous !
  • 4 numéros que se suivent
  • Prix préférentiel au numéro
  • Frais d’envoi gratuits !
Articles

« Parle à mon corps ; l’inceste l’a rendu sourd » : de la nécessaire évolution d’une pratique au service des mineurs victimes d’abus sexuels au sein de leur famille

retour au sommaire du n°80 "Le corps dans l’intervention (psycho)sociale" Auteur(s) : Samira Bourhaba Directrice du service Kaleidos, Liège Premières lignes : Engagés depuis une dizaine d’années dans l’aide aux mineurs victimes d’abus sexuels intra-familiaux et/ou mineurs auteurs de conduites (...)

Moyens de paiement