Votre panier est vide

n°86

La prison est-elle une solution ?

retour au sommaire du n°86 "Radicalisme violent. Comprendre, prévenir au-delà de l’urgence"


Auteur(s) :

Interview par Colette Leclercq de

Mélanie BERTRAND & Séverine CLINAZ

Chargées de mission à la CAAP (Concertation des Associations Actives en Prison)

Yahyâ HACHEM SAMII

Directeur de La Touline asbl, Service d’aide aux justiciables et aux victimes, Nivelles, (direction latouline.be) Chargé de travaux en criminologie à l’Université de Lille 2 et ancien chercheur en criminologie à l’ULB


Présentation :

La CAAP est une asbl faîtière. Elle regroupe 49 associations actives en prison, présentes dans les établissements pénitentiaires (17) et de défense sociale (2) de Wallonie et de Bruxelles.

Elle est née en 2007, à l’occasion des travaux préparatoires qui déboucheront sur l’accord de coopération de 2009, en vue d’une meilleure politique en matière de réinsertion des détenus. Cet accord s’inscrit lui-même dans le prolongement de la loi de principes, votée en 20051, qui reconnait notamment le statut juridique interne des détenus, à savoir que bien que privé de liberté, un détenu conserve l’ensemble de ses droits au même titre qu’un citoyen libre. Par extension, cette loi légitime l’action des associations qui proposent aux détenus des offres de service en matière d’aide sociale, de soutien psychologique, d’activités de loisirs, de formation, de promotion de la santé, etc.

Nous voulions rencontrer la CAAP pour connaitre son avis quant à l’idée assez répandue que la prison est un lieu de radicalisation important. A la suite de cette première rencontre, nous avons ensuite été poser quelques questions à Yahyâ Hachem Samii, directeur du service d’aide sociale aux détenus de Nivelles, la Touline.

Abonnez-vous !
  • 4 numéros que se suivent
  • Prix préférentiel au numéro
  • Frais d’envoi gratuits !
Articles

Un enfant sur quatre souffre de déprivation matérielle en Wallonie

retour au sommaire du n°84 "Besoins primaires dans un contexte d’opulence" Auteur(s) : Anne-Catherine GUIO Chercheuse au LISER (anciennement CEPS/INSTEAD), Luxembourg Premières lignes : En Belgique, la pauvreté concerne un grand nombre d’enfants, bien que dans une proportion différente suivant (...)

Moyens de paiement